Journal

Lettre de gestion

FDC Transatlantique - Lettre Janvier 2019

Bruno Demontrond

Bruno Demontrond, Responsable de la gestion Actions Internationales

03/02/2019
 FDC Transatlantique - Lettre Janvier 2019
Malgré une dégradation du sentiment économique global (Shutdown aux Etats-Unis et confirmation du ralentissement économique en Chine), le rebond sur les marchés actions s’est poursuivi sur la fin janvier.

Une fois de plus, la banque centrale américaine incarne le rôle fétiche de soutien des marchés en dernier ressort. Depuis les interventions de J. Powell début janvier, nous assistons à une baisse du risque de liquidité et des craintes sur les actifs les plus cycliques. Lors du dernier FOMC, le Président de La Fed indique que le maitre de mot de sa politique monétaire sera « patience ».

Les résultats des entreprises américaines surpassent en majeure partie les attentes des analystes. Néanmoins, ces mêmes attentes avaient été largement revues à la baisse sur la fin 2018. 43% des entreprises du S&P 500 ont publié leurs comptes trimestriels, 76% des résultats sont au-dessus des attentes et 63% des chiffres d'affaires. La progression des bénéfices par action est de 14,6% sur un an.​

Vie des marchés actions

La dernière publication du Beige Book de la Fed montre que l’économie américaine présente des signes d’essoufflement depuis quelques semaines, mais certaines régions continuent cependant à afficher une croissance "modeste à modérée". Globalement, les perspectives sont moins optimistes en raison de la baisse des marchés, la hausse des taux d’intérêt à court terme, la baisse du prix du pétrole et les incertitudes sur le commerce. Il est néanmoins important de noter que le marché de l’emploi reste tendu, la plupart des entreprises ayant du mal à recruter, et que les salaires progressent (salaires horaires +3,2% sur un an en janvier).

Mario Draghi considère que les conditions monétaires favorables, la dynamique positive sur le marché de l’emploi et la hausse des salaires demeurent des indicateurs fiables de la croissance européenne. Cependant, face aux incertitudes liées au protectionnisme et à la géopolitique, il insiste qu’une politique monétaire accommodante doit être maintenue afin de soutenir la hausse de l’inflation.

L’impact des tensions sino-américaines sur le secteur technologique se confirme avec un nouvel avertissement sur résultat dans les semiconducteurs d’ASML et une révision en baisse de 15% de ses attentes de chiffre d’affaires sur le 1er trimestre 2019.

Gestion du fonds : Principaux Résultats

Energie

Schlumberger publie au 4ème trimestre un chiffre d’affaires stable sur un an à 8,18 milliards de dollars (vs. 8,04Mds$ estimé), ainsi que des bénéfices par action à 0,36$ en ligne avec les attentes. Le plus grand prestataire de services pétroliers au monde, et le plus diversifié en termes de présence géographique, a déclaré s'attendre à une divergence au sein de l'industrie pétrolière mondiale en 2019, celle-ci devant composer entre une croissance solide dans la plupart des pays et "plus d'incertitude" concernant les perspectives en Amérique du Nord.

Finance

Bank Of America publie au 4ème trimestre un chiffre d’affaires en hausse de 11% sur un an à 22,79 milliards de dollars (vs. 22,36Mds$ estimé). Les bénéfices par action sont supérieurs aux attentes à 0,71$ (vs. 0,63$ estimé). La forte activité des ménages en termes de crédits à la consommation aux Etats-Unis explique ces solides résultats trimestriels. Par segment d’activité, la banque commerciale enregistre une progression de ses revenus de 10% sur un an à 9,9 milliards de dollars et ceux de la banque privée augmentent de 7% à 4,99Mds$. Comme pour ses consœurs, les revenus de trading sont en forte baisse à -6% sur un an.

Industrie

Alstom enregistre sur son dernier trimestre une progression de son carnet de commandes à 3,386 milliards de dollars, soit 20% au-dessus des attentes du consensus. Son chiffre d’affaires quant à lui est en hausse de 10% (vs. +7% estimé).

General Electric publie au 4ème trimestre un chiffre d’affaire en hausse de 5% sur un an à 33,3 milliards de dollars. Le bénéfice par action ressort inférieur aux attentes à 0,17$ (vs. 0,22$ estimé). La restructuration entamée il y a quelques mois porte ses premiers fruits, le groupe affichant une croissance organique de 8% ainsi qu’un retour aux bénéfices. Sur un plan positif, les chiffres d’affaires progressent dans les activités aéronautiques de 21% à 8,5Mds$, chez Baker Hughes de +8% à 6,2Mds$ et dans la santé de +2% à 5,4Mds$. Le segment power demeure le point faible avec une baisse de 25% des revenus à 6,8Mds$. Larry Culp, le nouveau Directeur Général, réaffirme son objectif d’un retour de la note de crédit du conglomérat A vs. BBB aujourd’hui.

Caterpillar publie au 4ème trimestre un chiffre d’affaires en hausse de 11% sur un an à 14,34 milliards de dollars (vs. 14,36Mds$ estimé), ainsi qu’un bénéfice par action en deçà des attentes à 2,55$ (vs. 2,99$ estimé). Les résultats de Caterpillar son particulièrement suivis par les investisseurs car ils sont perçus comme un indicateur de l’activité économique mondiale. Sur le trimestre, Caterpillar pâtit de l’affaiblissement de la demande en Chine. La croissance des ventes par zone géographique est la suivante sur un an : Amérique du nord +17%, Asie -4%, Europe - Afrique +9%, Amérique latine -5%.

Technologie

International Business Machines Corp. publie au 4ème trimestre un chiffre d’affaires en baisse de -3,5% sur un an à 21,760 milliards de dollars (vs. 21,734Mds$ estimé), ainsi que des bénéfices par action à 4,87$ (vs. 4,81$ estimé). Deux segments d’activités se distinguent. L’activité cognitive-solutions (5,46Mds$ vs. 5,27Mds$ estimé) en hausse de +2%. Cette division intègre l'unité d'intelligence artificielle « Watson », dont les performances avaient déçu aux trimestres précédents. L’activité « Global business services », comprenant les activités de consulting et application cloud, affiche une progression de 6% à 4,32Mds $ vs. 4,15Mds$ attendu. Pour l’exercice 2019, IBM prévoit des bénéfices par action à 13,90$ (vs. 13,81$ estimé) et un FCF à 12M$. L'acquisition de Red Hat devrait être finalisée au second semestre de l’année 2019.

Nokia publie au 4ème trimestre un chiffre d’affaire en hausse de 3% avec une progression de 6% de l’activité réseaux. Grâce à une meilleure marge brute de 42,4% (vs. 41,7% estimé), le résultat opérationnel ressort 6% au-dessus des attentes. Concernant les prévisions 2019, le groupe fait preuve de prudence avec une croissance des ventes étale anticipée sur 2019. En effet, à l’image de la France (les enchères des fréquences auraient lieu en 2020 vs. 2019 initialement), le déploiement de la 5G pourrait être plus lent qu’anticipé précédemment.

Télécom

AT&T Inc. publie au 4ème trimestre un chiffre d’affaires en hausse de 15,2% à 47,99 milliards de dollars (vs. 47,48Mds$ estimé) ainsi qu’un bénéfice par action de 0,86$ en ligne à avec les attentes. L’essentiel des déceptions sur le trimestre provient de la croissance des nouveaux abonnés dans le mobile et dans la télévision payante (HBO). Pour 2019, AT&T prévoit une génération de trésorerie d’environ 26 milliards de dollars et une croissance des bénéfices par action entre 0% et +3% (vs. +2% estimé).

Gestion du fonds : Vie des valeurs en portefeuille 

Energie

A Davos, les entreprises pétrolières américaines se sont voulues rassurantes vis-à-vis de l’OPEP, en disant que désormais, leurs investisseurs souhaitaient une croissance moins forte de la production et de meilleurs rendements. Plusieurs patrons de compagnies américaines ont affirmé que leur production de pétrole de schiste aux Etats Unis allait désormais ralentir. Il serait temps car les US sont devenus en quelques années le 1er producteur mondial avec presque 12 millions de barils/jour. Par ailleurs, le directeur de l’Agence Internationale de l’Energie estime que les prévisions sous-estimaient le potentiel de croissance de la production américaine, qui pourrait encore croitre de 10 millions de barils/jour dans les 10 ans à venir.

Pas de grosse réaction du baril, le Brent se stabilise au-dessus de 60$.

Industrie

Michelin a annoncé l’acquisition de 80% d’un pneumaticien indonésien, PT Multistrada Arah Sarana TBK. Cette opération permet à Michelin de répondre au besoin d’augmenter ses capacités dans la région ASEAN (+180 000 tonnes de pneus Tier3 soit 11 millions de pneus Tourisme, 9 millions de pneus 2 roues et 250000 pneus poids lourd). L’objectif est de les convertir progressivement en Tier 2 aux marques du groupe. Finalement, ce rachat permet au groupe de produire des pneus Tier 2/3 dans des pays à bas coûts et les exporter dans des pays matures.

Opérations récentes

En termes d’opérations, nous continuons à repondérer les Etats Unis aux dépens de l’Europe.

En Europe, nous avons cédé nos positions en Nokia avant la publication de résultats en raison du déploiement plus tardif de la 5G et potentiellement de la fermeture partielle du marché chinois.

Aux Etats-Unis, le discours de la Fed nous a incité à poursuivre la réduction des bancaires avec de nouvelles réductions des positions en Bank of America et JP Morgan. Face à ces ventes, nous renforçons les positions dans le secteur de la santé à travers Unitedhealth et Amgen aux Etats-Unis, et de Novartis en Suisse.

Géographiquement au 31 janvier 2019, le poids des Etats-Unis est de 61% et celui de l’Europe de 34,6% (24,1% Zone euro, 5,2% Royaume-Uni, 5,3% Suisse).

Le fonds FDC Transatlantique affiche une exposition nette de 85,7%.

 
Bruno DEMONTROND, Responsable gestion actions internationales​

La Financière de la Cité propose un service de gestion d’actifs pour compte de tiers. Elle développe en priorité des relations d’affaires en direct avec de grands investisseurs institutionnels et privés. Elle gère en outre une gamme de fonds ouverts au public qui peuvent être souscrits à partir de tout intermédiaire financier.

Nous contacter

4, rue Berryer
75008 Paris, France

+33 1 53 93 38 30

+33 1 53 53 99 91


www.financieredelacite.com