Journal

Lettre Copal

Lettre de gestion
WebLibrary.Model.Marketing.SpUserModel
Nadia Bensaci, Gérant de portefeuilles
16/07/2018

Vie des marchés et gestion du fonds Copal

La légère accalmie dans la rhétorique de Donald Trump qui a déclaré que se profilait « une désagréable guerre commerciale avec la Chine » mais que les choses « finiraient par s'arranger » a quelque peu calmé les marchés. Le président a par ailleurs ajouté que les Etats-Unis allaient négocier, si possible, un accord commercial « juste » avec la Chine. Nous restons toutefois prudents, tant les enjeux d'une aggravation de la guerre commerciale sont importants. Pour rappel, Donald Trump avait averti qu'à terme, plus de 500 milliards $ de produits chinois, soit la quasi-totalité des importations américaines en provenance de Chine, pourraient être taxés. Les investisseurs tentent de se rassurer en pariant que les USA et la Chine parviendront à calmer le jeu d'ici le 30 août, date à laquelle les taxes de 10% sur 200 milliards de produits chinois importés aux Etats-Unis doivent entrer en vigueur.

Sur les taux souverains, il faut surveiller l'inversement de la courbe des taux aux Etats-Unis qui commence à se mettre en place avec la hausse des taux courts mise en place par la Fed, les indices économiques toujours bien orientés avec de fortes créations d'emplois, mais une croissance des salaires stable (donc peu d'inflation). En Zone euro, le discours de la BCE a été plutôt dovish avec l'annonce que les taux d'intérêt resteront à leurs niveaux actuels aussi longtemps que nécessaire pour assurer la remontée de l'inflation. Les taux courts se sont donc légèrement réajustés à la baisse, tandis que le Bund a légèrement augmenté en rendement de 4 pb sur la première moitié du mois. En parallèle, les rendements italiens à 10 ans continuent leur régression vers les niveaux de 2,50%. La couverture mise en place sur Copal sur l'Italie nous coûte ainsi encore quelques points de base depuis le début du mois, mais le maintien de cette couverture nous semble nécessaire tant l'avenir est incertain sur les taux italiens.

Du côté du crédit, même si l'univers des biens menacés par les tarifs douaniers US est à ce stade encore très limité, les investisseurs s'inquiètent désormais d'une baisse de la confiance des entreprises. Pour l'instant, cette baisse des indicateurs de confiance n'est visible qu'en Europe et devrait s'inverser grâce à la baisse de l'euro. Si les titres émergents se trouvent aujourd'hui dans « l'œil du cyclone » parce qu'ils cumulent les vents contraires (menaces sur le commerce mondial + hausse du dollar), les actifs ayant bénéficié encore récemment d'un fort momentum (notamment les valeurs technologiques, minières, etc.) commencent également à subir des prises de profits. Dans leur stratégie protectionniste, les Etats-Unis semblent par ailleurs viser les secteurs des biens traditionnels sans très forte valeur ajoutée et qui ne sont pas directement à destination du consommateur final. Certains secteurs cycliques Investment Grade, comme le secteur automobile, ont été largement délaissés sur le thème de la guerre commerciale, pour des problématiques propres aux valeurs de ce secteur. Les spreads se sont par conséquent un peu écartés sur certaines valeurs et nous en avons profité pour nous positionner à nouveaux sur certains noms tels que Banque PSA Finance et Mercédès Benz. Nous avons également renforcé nos positions sur certaines valeurs défensives sur le secteur de la santé comme Mylan.

Au niveau des indices du marché du crédit, les Itraxx se sont fortement resserrés, notamment sur les segments Xover et High Yield. Les valeurs HY qui avaient été mises sous pression en juin telles que Rallye et sa filiale Casino, en partie par des short de fonds alternatifs anglo-saxons, sont revenues très fortement début juillet. Bien que Rallye ne soit pas revenue sur ses niveaux d'avant crise, les prix ont tout de même bien remonté. Il en est de même pour Tereos, dont les spreads se sont bien resserrés sur la première quinzaine de juin, en dépit des résultats décevants de Suedzuker (concurrent direct de Tereos), dus à une forte baisse du prix du sucre.

Le mot d'ordre sur COPAL est donc de continuer à rester prudent avec des investissements à court terme, dans un contexte volatil et incertain, d'autant plus que si la BCE annonce un arrêt effectif de son programme d'achat en septembre, les spreads risquent de s'écarter progressivement en 2019.


Performance et positionnement du fonds Copal

La performance du 1er au 13 Juillet est positive pour Copal avec +0,14% contre un Eonia à -0,01%. Depuis le début de l'année, le fonds affiche une performance négative de -0,14% contre un Eonia à -0,20%, avec une VL à 1 062,12€.

Le fonds a une duration moyenne de 12 mois, une sensibilité faible à 0,72 (58% du fonds est à moins d'un an) et une volatilité qui continue de se maintenir sur un niveau faible autour de 0,20%.

 

Nadia Bensaci, Responsable de la gestion obligataire court terme



La Financière de la Cité propose un service de gestion d’actifs pour compte de tiers. Elle développe en priorité des relations d’affaires en direct avec de grands investisseurs institutionnels et privés. Elle gère en outre une gamme de fonds ouverts au public qui peuvent être souscrits à partir de tout intermédiaire financier.

Nous contacter

4, rue Berryer
75008 Paris, France

+33 1 53 93 38 30

+33 1 53 53 99 91


www.financieredelacite.com