Journal

Le voile se lève - lentement- sur le marché de l'or physique

   

Comme Ruth Crowell, nous nous félicitons de cette avancée, attendue de longue date. Ainsi, comme cela avait été annoncé en début d’année, les coffres de la city sont peu à peu en train de s’ouvrir pour faire la lumière sur les vertigineux stocks d’or qu’ils renferment, ainsi que leur évolution des 5 dernières années. A tout seigneur tout honneur, c’est la Bank Of England, en sa qualité de conservateur des avoirs, qui a été la première à mettre ses données à disposition, affichant un stock conservé de près de 5 100 tonnes d’or. Ce stock correspond aux dépôts de grandes banques centrales nationales, dont la banque d’Angleterre, mais pas seulement puisque de nombreuses banques commerciales, en plus de leurs propres coffres, utilisent également ceux de la banque d’Angleterre. Ces banques, membres de la London Bullion Market Association (LBMA) pour la plupart, animent l’essentiel du plus important marché d’échanges d’onces d’or, allouées (qui donnent lieu à une livraison physique de l’or sous forme de barres de 400 onces environs), et surtout non allouées (or « papier », l’écrasante majorité des volumes traités).

Or ce qui intéresse les marchés et qui n’a pas été encore été divulgué, c’est précisément de connaitre séparément les stocks d’or nets (sans double comptage lié à la sous-conservation) déposés par ces banques, dans les coffres de la BoE ou dans leurs propres coffres afin de se faire une idée précise de la couverture des engagements pris.

On parle ici, de 6 500 tonnes d’or qui seraient stockées à Londres dans les coffres de banques (au premier rang desquelles on retrouve, de loin, la BoE) ou de sociétés spécialisées (Brinks, G4S, Loomis …). Si les arrondis se font à la centaine de tonnes près (soit 4 MdUSD tout de même), c’est que la transparence n’est pas la première qualité de ce marché millénaire. Autant dire que les regards des investisseurs se tourneront vers le site de la LBMA, dont les membres se sont d’ores et déjà engagés sur la voie de la transparence pour l’été prochain.