Journal

Lettre de gestion

FDC Transatlantique - Lettre de gestion

Bruno Demontrond

Bruno Demontrond, Responsable Actions Internationales

02/10/2020
 FDC Transatlantique - Lettre de gestion
Sur cette seconde partie du mois de septembre, nous avons connu un regain d’anxiété sur le marché. Un point haut sur les bonnes surprises économiques semble avoir été atteint, et le rebond épidémique souligne le risque de déception à venir. Néanmoins ces craintes sont à nuancer, les dernières enquêtes auprès des entreprises montrent que les économies occidentales sont encore en expansion, seul un retour en confinement mettrait à mal la reprise économique entamée à la fin du printemps.
Les tensions entre la Chine et les Etats-Unis repartent de plus belle. Après l’interdiction aux fabricants de semiconducteurs de vendre des composants à Huawei, le gouvernement américain impose des restrictions du même ordre concernant SMIC, le plus important fabricant chinois de semiconducteurs. L’impact d’une telle décision n’est pas neutre (en termes d’innovation technologique) pour les matériels électroniques chinois qui alimentent les marchés occidentaux. En conséquence, la Chine laisse sous-entendre que des procédures d’antitrust pourraient être lancée contre des sociétés américaine, le nom d’Alphabet (Google) circulait ces derniers jours. D’un point de vue boursier, au regard des valorisations atteintes, le principal risque pour les valeurs technologiques américaines est l’arrivée d’un grain de sable qui enrayerait ces machines bien huilées. Vu l’imbrication des chaines de sous-traitances entre la Chine, l’Europe et les Etats-Unis, à tout moment une surréaction politique peut gripper le processus de production. 
Quelques secteurs restent particulièrement nerveux, voire spéculatifs. Après une progression de plus de 430%, les attentes étaient fortes concernant le « Battery Day » de Tesla. Les investisseurs souhaitaient quelques annonces concernant une plus grande autonomie et une durée de vie plus longue des batteries. Suite à un report de 3 ans des attentes, la réaction des investisseurs a été vive avec une baisse de 15% du titre. Trois séances plus tard, Tesla avait rattrapé ses pertes.



VIE DES MARCHES ACTIONS

Europe :

  • Une nouvelle réglementation fiscale pourrait voir le jour en Union européenne. La taxe GAFA à la française pourrait laisser sa place à une taxe sur la consommation des biens en local. Les faibles recettes liées à cette taxe et la pression des Etats-Unis appuieraient cette démarche. Néanmoins, les GAFA restent dans le viseur européen. Selon le Financial Times, l'Union européenne veut se doter de pouvoirs supplémentaires pour sanctionner les GAFA et envisage notamment de les contraindre à céder une partie de leurs activités en Europe si leur position dominante menace les intérêts des consommateurs ou de la concurrence.
  • Dans la série « On achète les valeurs qui montent et on vend les valeurs qui baissent », le secteur bancaire européen a retrouvé son point bas boursier de 1987 hors dividendes, et de 2008 avec les dividendes. A titre de comparaison, le secteur bancaire américain, au cœur de la crise financière de 2008, était à son plus haut historique en début d'année... En raison de l'importance de la réglementation dans ce secteur, nous restons à l'écart, malgré le niveau de valorisation excessivement faible.

Etats-Unis :

  • Lors de son audition devant les chambres, Mr Powell, le Président de la Fed, a plaidé pour un nouveau plan de relance aux Etats-Unis permettant de maintenir l'économie américaine en croissance et participant à l'effort de reflation entamé par la Fed. En attendant un plan plus global, Nancy Pelosi a annoncé qu'un accord avait été trouvé avec les Républicains sur un projet de loi de financement fédéral provisoire pour éviter une fermeture partielle des administrations (« shutdown »). L'enveloppe budgétaire actuelle expire le 30 septembre, les chefs de file des deux partis ont négocié un texte permettant de maintenir le même niveau de financement pour la plupart des programmes fédéraux jusqu'au 11 décembre au moins. Le texte prévoit aussi des aides aux agriculteurs ainsi que les aides alimentaires réclamées par les Démocrates.
  • Le secteur pharmaceutique revient dans la campagne électorale. Joe Biden a annoncé vouloir baisser le prix des médicaments de 60%. La branche Medicare (21% des dépenses de santé US), le système d'assurance-santé géré par le gouvernement fédéral des États-Unis au bénéfice des personnes de plus de 65 ans, devrait avoir la possibilité de négocier en direct avec les laboratoires le prix des médicaments, une clause de « non-interférence » empêche aujourd'hui Medicare d'optimiser ses coûts d'achats : Républicains et Démocrates sont plutôt d'accord pour retirer cette clause.

 

GESTION DU FONDS

Résultat et fondamentaux des sociétés en portefeuille :

Industrie

Smiths Group publie un chiffre d'affaires global en baisse de seulement 1% et en hausse de 4% sur un an pour le médical (tous deux légèrement supérieurs aux prévisions). Le bénéfice d'exploitation global est de 327 millions de livres sterling (vs 385 millions de livres sterling estimé), mais la différence provient presque entièrement des coûts de restructuration et de dépréciations (qui n'étaient pas inattendues, mais pas dans nos prévisions principales) ; hors exceptionnels le bénéfice est de 382 M £, en ligne avec les attentes. La génération de cash-flow est très bonne, ce qui permet au groupe de rétablir son dividende.

Energie

Total, lors de son capital market day, a présenté sa nouvelle feuille de route. Total entend faire stagner ou légèrement baisser sa production de pétrole d'ici à 2030, et miser sur le gaz et les renouvelables. Total veut tirer la moitié de la croissance de sa production d'énergie du gaz et l'autre moitié de l'électricité, produite à partir du gaz et d'énergies renouvelables comme l'éolien et le solaire. Total veut atteindre 35GW de capacités dans les renouvelables en 2025 et 85 GW en 2030, soit davantage que les objectifs des autres compagnies pétrolières. Total maintient finalement son dividende, soit un rendement supérieur à 9%. Cette stratégie pourrait commencer à plaire aux fonds incorporant des critères ESG et en conséquence permettrait une revalorisation du titre.

 

Vie des valeurs en portefeuille :

Industrie

Rolls Royce a confirmé les informations de presse de la veille. Le groupe veut lever jusqu'à 2,5 milliards GBP afin de renforcer son bilan.

Télécom

D'après El Economista, Vodafone envisagerait le rachat de Masmovil alors que le marché espagnol est actuellement sous forte pression (guerre des prix). C'est le 2ème marché d'Orange où le groupe est sous-pondéré sur le segment low-cost, n°2 sur le marché espagnol derrière Telefonica. Vodafone est le 3ème acteur du marché avec 16% de parts de marché. Masmovil est le 4ème acteur du marché.


Opérations récentes :

Nous avons introduit une nouvelle position à travers Dominion Energy dans la distribution d'électricité aux Etats-Unis. Dominion devrait bénéficier des politiques environnementales des États qui accéléreront les initiatives en matière d'énergies renouvelables. Après la cession de son gazoduc en juillet, Dominion affiche aujourd'hui une offre attrayante dans les énergies renouvelables (cf son positionnement en Virginie) qui devrait attirer les investisseurs ESG. La transition de la Virginie vers une production électrique à 100% zéro carbone d'ici 2046 va engendrer d'importants investissements.

Au 30 septembre le fonds est exposé à hauteur de 83%. ​