Journal

Lettre de gestion

FDC Brexit - Lettre fin avril 2019

Alexis Charveriat, CFA

Alexis Charveriat, CFA, Responsable de la gestion Actions Européennes

08/05/2019
 FDC Brexit - Lettre fin avril 2019
Le rallye des marchés actions se poursuit, les investisseurs anticipant une reprise en V au second semestre grâce à la disparition des risques politiques (Brexit et guerre commerciale entre la Chine et les USA) dans un contexte où les banques centrales (Fed et BCE) se sont engagées à tout faire pour mener une politique de taux durablement bas…
 
…. alors que les statistiques macro-économiques publiées de part et d’autre de l’Atlantique ne plaident pas pour un retournement brutal de la croissance à la hausse… Les marchés actions connaissent un fort re-rating, les estimations de bénéfices étant revues à la baisse par le consensus des analystes.
 
Ces deux risques politiques sont cependant une nouvelle fois repoussés dans le temps, entretenant de ce fait l’incertitude qui pèse sur la confiance des ménages et des chefs d’entreprise comme en témoigne la forte dégradation du PMI Markit services qui est revenu à un plus bas depuis 2016 à 48.9 au Royaume-Uni.
 
De nouveaux risques politiques émergent : montée des tensions dans le cadre des négociations commerciales entre l’Europe et les Etats-Unis, élections européennes fin mai. Dans le même temps, la volatilité, mesurée par la volatilité implicite des options sur l’indice Eurostoxx 50, est proche de son plus bas niveau historique ! On ne combat pas une banque centrale que diable !
 
Nous surveillerons le comportement des titres lors des publications de résultats. Les premières publications de résultats sont encourageantes et ressortent en ligne avec des attentes revues en baisse depuis le début de l’année.  Eu égard à la déconnection entre valorisation et fondamentaux, il serait sain d’observer des prises de bénéfices après le violent rebond de début d’année. La valorisation des marchés actions semble intégrer un scénario très rose qui tranche avec le message prudent des investisseurs sur les marchés obligataires.
 
 
Nouvelles des sociétés du portefeuille
 
La saison de résultats a débuté dans la deuxième quinzaine du mois d’avril pour les valeurs en portefeuille. Nous ne déplorons aucune mauvaise surprise. Nous avons profité de l’absence de réactions positives à de bons résultats pour renforcer certaines positions (Roche, Novartis).
 
ERICSSON (Equipementier Télécoms – Suède – 4,6% du portefeuille) : Excellente publication de résultats. Le chiffre d’affaires de la division réseaux ressort 3% au-dessus du consensus et le chiffre d’affaires global ressort 2% au-dessus des attentes. La croissance aux Etats-Unis ressort à +42% tandis que l’Asie progresse de +26%. La marge brute est de 38,4% contre un consensus à 37,2%. La marge opérationnelle ressort très nettement au-dessus des attentes à 10,4% contre 8,2% pour le consensus. La génération de cash-flow est au-dessus des attentes.

Conclusion : Excellente publication de résultats. Nous avons régulièrement pris des bénéfices sur Ericsson qui représentait 8% du portefeuille au cours du quatrième trimestre 2018. Nous renforcerons notre position sur ce dossier qui confirme à nouveau que le retournement est bien enclenché.
 
ROCHE (Laboratoire pharmaceutique – Suisse – 8,1% du portefeuille) : Le chiffre d’affaires ressort 4% au-dessus des attentes du consensus grâce à la pharmacie qui ressort 6% au-dessus du consensus. La croissance organique du chiffre d’affaires progresse de 8% après respectivement +6%, +7%, +7% et +9% sur les quatre trimestres précédents. La division Diagnostics a progressé de 1%, ce qui est décevant en raison d’éléments non récurrents. La Chine a fortement contribué à la croissance du groupe en progressant de 17%, les USA de 14%. En Europe, la croissance est de -6%, ce qui était attendu en raison de la concurrence des biosimilaires sur le produit Rituxan et Herceptin. Fort de cette bonne performance, le groupe affiche sa confiance et revoit ses perspectives annuelles à la hausse.

Conclusion : Excellente publication de résultats. Nous avons profité de la faiblesse du titre pour renforcer notre position et faire de Roche la première position du portefeuille.
 
NOVARTIS (Laboratoire pharmaceutique – Suisse – 8,1% du portefeuille) : Publication au-dessus des attentes du consensus : le chiffre d’affaire a affiché une croissance organique de 7% soit 2% au-dessus des attentes du consensus. Le résultat opérationnel ressort en croissance de 18% soit 8% au-dessus des attentes et le résultat net 11% au-dessus des attentes du consensus. Cette bonne performance opérationnelle est notamment due à un meilleur contrôle des coûts dans la division Pharmacie. La société en profite pour relever ses perspectives de résultat opérationnel, ce qui devrait entrainer des révisions à la hausse du consensus.

Conclusion : Excellente publication de résultats. Nous avons profité de la faiblesse du titre pour renforcer notre position et faire de Novartis la deuxième position du portefeuille.
 
ASTRAZENECA (Laboratoire pharmaceutique – Royaume-Uni – 2,9% du portefeuille) : Publication supérieure aux attentes du consensus : la croissance organique ressort à 14% après +9% au T3 et +8% au T4. Cette performance est 3% au-dessus des attentes du consensus. La plupart des principaux produits ressort au-dessus des attentes. Le résultat opérationnel ressort 7% au-dessus des attentes grâce à des dépenses opérationnelles contenues. Les perspectives annuelles sont réitérées.

Conclusion : Bonne publication de résultats. Nous envisageons de renforcer notre position sur faiblesse.
 
NESTLE (Agro-alimentaire – Suisse – 4,8% du portefeuille) : La publication du chiffre d’affaires ressort au-dessus des attentes : la croissance organique est de +3,4% contre +2,8% attendu par le consensus avec un bon effet volume de +2,2% (consensus à +1,7%) et un bon effet prix (+1,2% contre +1,1% pour le consensus). Bonne performance de la zone Amériques à +3,4% (consensus à +2,4%). Le lait et les glaces ont profité des hausses de prix. Seule Nestlé Waters est légèrement en dessous des attentes à +2% contre +2,4% estimé par le consensus.

Conclusion : Bonne publication de chiffre d’affaires. Nous conservons notre position sur un dossier qui devrait bénéficier de la rotation de son portefeuille de marques.
 
UNILEVER (Produits ménagers – Royaume-Uni – 4,9% du portefeuille) : Bonne publication de chiffre d’affaires qui ressort en croissance organique de +3,1% contre +2,8% attendu par le consensus. Les volumes, à +1,2% ressortent au-dessus des attentes à +0,7%, l’effet prix à +1,9% étant en dessous des attentes à +2,1%. La croissance provient une nouvelle fois des pays émergents. La prévision de chiffre d’affaires est réitérée avec une croissance organique dans le bas de la fourchette +3%/+5%. La génération de free-cash-flow est attendue en forte hausse.

Conclusion : Bonne publication de chiffre d’affaires. Nous conservons notre position sur le dossier.
 
WHITBREAD (Hotellerie – Royaume-Uni – 7,5% du portefeuille) : Whitbread est une situation spéciale (cession de Costa et retour de cash aux actionnaires). Il s’agit de la seule société purement domestique présente en portefeuille, le fonds FDC Brexit ayant toujours privilégié les sociétés exportatrices. La publication a été assez décevante : le chiffre d’affaires annuel est ressorti en dessous des attentes du consensus, la croissance organique étant de -0,8% en raison d’un affaiblissement de la croissance au quatrième trimestre consécutivement à une baisse de la confiance des ménages et des entreprises. Le résultat opérationnel annuel est ressorti à 466 millions £ en dessous des attentes à 476 millions £. La marge opérationnelle est ressortie à 22,7%, négativement impactée par l’inflation. La direction a donné des perspectives prudentes pour 2020, s’attendant à une poursuite du ralentissement du marché anglais en début d’année. La société va mettre en place un plan de réduction de coûts.

Conclusion : Publication décevante d’un titre qui a connu un bon parcours boursier depuis le mois de juin. Whitbread est un bon exemple qui illustre l’impact de l’incertitude liée au Brexit sur les dépenses des ménages et des entreprises. Whitbread est cependant une situation spéciale et peut faire l’objet d’une OPA.
 
Mouvements effectués au sein du portefeuille

Renforcement de Roche et Novartis, allègement d’Ericsson et prises de bénéfices sur Vestas Wind.​
 
Positionnement du fonds

Le Royaume-Uni représente 53%, la Suisse 34%, la Suède 10% et le Danemark 3% des actifs investis du fonds.
Le fonds présente une pondération de 51% sur les investissements de style « value » et de 49% sur les investissements de style croissance.​

La Financière de la Cité propose un service de gestion d’actifs pour compte de tiers. Elle développe en priorité des relations d’affaires en direct avec de grands investisseurs institutionnels et privés. Elle gère en outre une gamme de fonds ouverts au public qui peuvent être souscrits à partir de tout intermédiaire financier.

Nous contacter

4, rue Berryer
75008 Paris, France

+33 1 53 93 38 30

+33 1 53 53 99 91


www.financieredelacite.com