Journal

Lettre de gestion
Bruno Demontrond
Bruno Demontrond, Responsable Actions Internationales
19/01/2021

FDC Transatlantique - Lettre de gestion

L’environnement est favorable aux actifs risqués au regard de la perspective d’une reprise de l’économie mondiale, dans un premier temps menée par les Etats-Unis, avec la distribution du vaccin et de la fin de la pandémie. Par ailleurs, il va être intéressant d’observer le comportement des marchés européens maintenant que l’incertitude politique liée au Brexit est levée.
Les dernières élections sénatoriales en Géorgie ont permis de lever les dernières incertitudes sur la réelle capacité de l’administration Biden de mener la politique présentée lors de la campagne présidentielle sur les deux prochaines années (la logique voudrait que le programme de hausse d’impôts ne soit mis en place que sur la seconde partie du mandat après les « midterms », une fois la reprise économique bien installée). Face à la dégradation de l’économie américaine courant décembre, l’annonce d’une nouvelle enveloppe budgétaire pour la relance a rassuré les investisseurs et contribue à la poursuite du mouvement de rotation en faveur des secteurs cycliques sous valorisés. Cette structure de marché est favorable à la performance de FDC Transatlantique.
Nous assistons à une surperformance des secteurs profitant d’une amélioration des perspectives de croissance et d’inflation : pétrolières +12%, produits de base +4,5%, financières +5,2% vs consommation non cyclique -1,3%, communication -1,2%, technologie -0,1%.
Sur cette première quinzaine de l’année, la performance de FDC Transatlantique bénéficie de la forte performance des sociétés industrielles liées aux infrastructures (Mastec +20%) et à la construction (Sant Gobain +15%, Owens Corning +11%). Par ailleurs, les révisions à la hausse par les économistes des anticipations de croissance mondiale et d’inflation permettent un rebond des valeurs pétrolières (Schlumberger +15%, Conoco +14%). De plus, nous noterons la bonne tenue de quelques sociétés technologiques qui bénéficient d’un regain d’intérêt des investisseurs revisitant quelques situations oubliées. Dans ce contexte, Nokia progresse de 6,4%, IBM et Cisco de plus de 3%.